EuskoSare > Euskal Herria > Questions fréquentes sur les Basques
Document Actions

Questions fréquentes sur les Basques

Les questions les plus fréquentes sur les Basques et leur culture.
Que signifie “Euskal Herria”?

Euskal Herria ou Vasconie est la dénomination d’un espace ou d’une région culturelle européenne, qui s’étend de part et d’autre des Pyrénées et qui comprend des territoires de l’État espagnol et de l’État français. Euskal Herria ou Vasconie désigne donc l’espace dans lequel la culture basque se manifeste dans toute sa dimension.

La région située au nord des Pyrénées (dénommée Iparralde) comprend les provinces de Lapurdi (Labourd), Nafarroa Beherea (Basse Navarre) et Zuberoa (Soule), territoires qui dans l’organisation administrative française font partie du Département des Pyrénées Atlantiques.

La région située au Sud (dénommée Hegoalde) comprend les provinces de Nafarroa (Navarre), Araba (Álava), Bizkaia (Vizcaya) et Gipuzkoa (Guipúzcoa), la première formant la Communauté Forale de Navarre et les trois autres la Communauté Autonome du Pays Basque.

Euskal Herria ou Vasconie s’étend sur une superficie de 20.664 Km² et compte une population de près de 3 millions d’habitants.

Euskal Herria ou Vasconie est limité au Nord par la mer Cantabrique, au Nord-Est par le Département français des Landes et à l’Est par la région française du Béarn. Le territoire d’Euskal Herria est également limitrophe de plusieurs communautés autonomes espagnoles: à l’Ouest de la Cantabrie et Castille-Leon, au Sud de Castille-Leon, La Rioja et Aragon, et à l’Est d’Aragon.

Que signifie “Euskadi”?

“Le Peuple Basque ou Euskal Herria, comme expression de sa nationalité et afin d’accéder à son autogouvernement, se constitue en Communauté Autonome au sein de l’État espagnol sous la dénomination d’Euskadi ou Pays Basque, conformément à la Constitution et au présent Statut, qui est sa norme institutionnelle fondamentale”. Article 1 du Titre Préliminaire du Statut d’Autonomie du Pays Basque.

Que désigne Iparralde?

La région située au nord des Pyrénées, qui comprend les provinces suivantes: Lapurdi (Labourd), Nafarroa Beherea (Basse Navarre) et Zuberoa (Soule), territoires qui dans l’organisation administrative française font partie du Département des Pyrénées Atlantiques.

Que désigne le terme Hegoalde?

La région située au Sud des Pyrénées, qui comprend les provinces suivantes: Nafarroa (Navarre), Araba (Álava), Bizkaia (Vizcaya) et Gipuzkoa (Guipúzcoa); la première formant la Communauté Forale de Navarre et les trois autres la Communauté Autonome du Pays Basque.

Où se trouve la Navarre?

La Communauté Forale de Navarre se trouve dans le Nord de l’Espagne, à l’extrémité occidentale des Pyrénées. Avec une extension de 10.421 Km2, elle est flanquée à l’Est par Aragon –Huesca et Saragosse– ; au Sud par Aragon et La Rioja ; au Nord-Ouest par la Communauté Autonome du Pays Basque –Alava et Gipuzkoa– ; et au Nord-Est par la Basse Navarre, la Soule et la région du Béarn.

Où se trouve Euskal Herria?

Entre la péninsule ibérique et le reste du continent européen. Il limite au Nord avec la mer Cantabrique, au Nord-Est avec la région française des Landes et à l’Est avec la région française du Béarn. Euskal Herria est également limitrophe de plusieurs communautés autonomes espagnoles: à l’Ouest de la Cantabrie et Castille-Leon ; au Sud de Castille-Leon, La Rioja et Aragon ; et à l’Est d’Aragon.

Quelle est l’extension d’Euskal Herria? Combien d’habitants possède-t-il?

Euskal Herria s’étend sur une superficie de 20.664 Km² et compte une population de près de 3 millions d’habitants.

Comment est organisé politiquement et administrativement Euskal Herria?

Consulter l’ information sur les régimes politico-administratifs dans la rubrique Euskal Herria de ce site.

Quel est le type de gouvernement d’Euskadi?

“Le Gouvernement Basque est l’organe qui exerce les fonctions exécutives et administratives du Pays Basque”. Article 29 (Chapitre II du Titre II du Statut d’Autonomie du Pays Basque).

“Les attributions du Gouvernement et son organisation, fondée sur un Président et ses Ministres, ainsi que le statut de ses membres, sont réglementés par le Parlement”. Article 30 (Chapitre II du Titre II du Statut d’Autonomie du Pays Basque)

Quel est le type de gouvernement en Iparralde?

Iparralde, avec le Béarn, fait partie du Département de Pyrénées Atlantiques, qui appartient à la région d’Aquitaine. Iparralde ne possède pas de personnalité politique propre.

Quel est le type de gouvernement de Navarre?

La Communauté Forale de Navarre possède son propre Gouvernement et Parlement. Leurs sites web offrent des informations détaillées.

Quel est le type de paysage et le climat d’Euskal Herria?

Consulter la rubrique géographie dans la Présentation d’Euskal Herria de ce site.

Quelle est l’offre touristique d’Euskal Herria? Comment se rendre en Euskal Herria? Quelles sont les principales offres culturelles des villes d’Euskal Herria?

L’offre touristique d’Euskal Herria est très ample, avec des options intéressantes et particulières dans chacun de ses sept territoires. Les options de transport sont diverses et le touriste a la possibilité de s’y rendre aussi bien par route que par train et avion.

Les principales villes d’Euskal Herria possèdent une offre culturelle variée. Consulter les sites officiels des différentes villes pour la connaître :

Donostia-San Sebastián: www.donostia.org

Bilbao: www.bilbao.net

Vitoria-Gasteiz: www.vitoria-gasteiz.org

Bayonne: www.ville-bayonne.fr

Pampelune: www.pamplona.net

Pour en savoir plus, consulter notre rubrique Tourisme.

Quelle est la monnaie en vigueur en Euskal Herria?

L’Euro est la monnaie utilisée en Euskal Herria, depuis son entrée en vigueur début 2002.

Quelles sont les caractéristiques de l’économie basque?

Vous trouverez des informations en la matière et des références dans la Présentation d’Euskal Herria, de notre site.

Que signifie “euskara” ou "euskera"?

Ce terme fait référence à la langue basque: euskara = langue basque = vascuence

Quelle est la différence entre “euskara”, “euskera” et “eskuara”?

Ces trois termes sont utilisés pour désigner la langue basque, ils sont synonymes de “vascuence”. En général, toutefois, le premier est utilisé par les bascophones et le second par les espagnols. Eskuara est le terme utilisé dans certaines régions d’Iparralde.

Euskaltzaindia - Académie de la Langue Basque recommande d’utiliser le terme "euskara" comme le plus approprié dans tous les cas.

L’euskara est-il une langue officielle?

Selon l’article 6 du Statut d’Autonomie du Pays Basque: “L’euskara, langue propre du Peuple Basque, aura, comme l’espagnol, caractère de langue officielle en Euskadi, et tous ses habitants ont le droit de connaître et d’utiliser les deux langues”.

Il est également considéré langue officielle dans la zone bascophone de la Communauté Forale de Navarre, selon la Loi du Vascuence.

Où peut-on étudier l’euskara?

On peut suivre des cours d’euskara dans les Euskaltegis:

Et dans les Écoles Officielles de Langues:

Il est également possible d’ étudier euskara sur Internet.

Quelle est le type de littérature existante en euskara?

De 1545 à 1957, la littérature basque était fondamentalement religieuse. En 1545, Etxepare publique le premier livre en euskara: “Linguae basquenum primitiae”. Mais c’est Txillardegi qui est considéré comme le premier auteur à avoir écrit le premier roman moderne en euskara: “Leturiaren egunkari ezkutua” (1957). Aujourd’hui, on peut lire en euskara tous les styles littéraires.

Pourquoi les Basques ont-ils émigré en Amérique et ailleurs?

Lire à ce sujet l’article de José Manuel Azcona, qui aborde les causes de l’émigration basque, sur Euskonews. Le site d’Euskomedia offre également de nombreuses références en la matière.

Dans quels pays existe-t-il des collectivités basco-navarraises?

Il existe un grand nombre de collectivités basco-navarraises partout dans le monde. Les plus importantes sont celles d’Argentine, du Chili et d’Uruguay; mais il y en a également dans le reste de l’Amérique Latine, aux Etats-Unis, dans plusieurs pays européens, en Asie, Océanie et Afrique. Certaines de ces collectivités sont de caractère informel, mais la plupart sont organisées et structurées autour d’une entité (Centres basques, en général). Pour davantage d’information, consulter la base de données d’EuskoSare.

Que sont les Guerres Carlistes?

Première Guerre Carliste (1833-1839): Première guerre carliste (1833-1839)

La crise de l’Ancien Régime affecte également Euskal Herria, de même que toute la péninsule, lentement, avec des avances et des reculs. En Euskal Herria elle se transforme en affrontement armé entre l’absolutisme et le libéralisme. Cette première Guerre Carliste devient ainsi une lutte entre le Prétendant au trône Carlos María Isidro, “Charles V”, et Isabelle II, fille de Ferdinand VII et nièce du premier.

La cause qui déclenche cette guerre est le manquement constant aux Fueros basques. Elle prend fin avec la célèbre Accolade de Bergara (31-08-1839), le Général Espartero (libéral) imposant ses conditions au Général carliste vaincu Maroto. Une fois la guerre terminée, le Général libéral Espartero limite les régimes foraux basques, en transférant, en 1841, les douanes à la côte ; les particularités fiscales, institutionnelles et militaires sont toutefois conservées. En Navarre, une loi promulguée en 1841 supprime les compétences forales de Navarre et abolit sa condition de Royaume ; elle conserve cependant une considérable autonomie administrative.

Deuxième guerre carliste (1846-1849):

Pratiquement limitée à la Catalogne, elle n’est en réalité qu’une lutte de guérillas sans grande transcendance.


Troisième guerre carliste (1872-1876 ):

La troisième Guerre Carliste débute en 1872 et se déroule principalement sur les territoires du Pays Basque, de Navarre et de Catalogne. La restauration des Borbons par le biais d’Alphonse XII entraîne, peu après, l’affaiblissement du carlisme et mène à la fin de la guerre en 1876. La fin de cette Troisième Guerre Carliste, avec la défaite des Carlistes traditionalistes, entraîne l’abolition des Fueros d’Alava, du Bizkaia et du Gipuzkoa et l'incorporation de ces trois territoires aux autres provinces de l’État.

Que sont les Fueros basques?

Aux Temps Modernes, chaque territoire comptait sur ses propres Fueros, qui étaient des lois locales et provinciales pour la gouvernance interne de chaque Communauté. Les Juntas, Députations, Cortes, Biltzar, États Généraux gouvernaient chaque territoire, aux côtés des Délégués du Roi.

En 1876, une fois la Troisième Guerre Carliste (1872-1876) terminée, qui se solde par la défaite des carlistes, les Fueros d’Alava, Bizkaia et Gipuzkoa sont abolis et ces provinces rattachées à l’État espagnol.

Qu’est-ce que l’“Arbre de Gernika”? Pourquoi es-il important pour les Basques?

L’ arbre de Gernika est le symbole des libertés basques, de la défense des libertés et des droits du peuple basque. Raison pour laquelle le Statut de la Communauté Autonome du Pays Basque porte le nom de Gernika.

Une coutume profondément enracinée parmi les Basques était de se réunir sous un arbre, généralement un chêne, pour décider des questions d’intérêt pour la communauté, tradition assez généralisée dans l’Europe médiévale. Au Bizkaia, chaque territorialité administrative (Bailliage) possédait son propre arbre.

Au fil des siècles, l’arbre de Gernika, qui se dressait dans le Parvis de Lumo, dans un site dénommé Gernikazarra, avec son chêne à côté de la chapelle, atteint un certain prestige. En effet, c’est à l’ombre de cet arbre que furent rédigées les Lois du Bizkaia, jusqu’en 1876, avec la participation de tous les villages, qui envoyaient deux représentants (Junteros) aux séances (Juntas Generales).

Cette particulière forme de démocratie et de respect de la liberté est mentionnée par le philosophe Rousseau, le poète William Wordsworth, le dramaturge Tirso de Molina et le barde Iparraguirre dans son Gernikako Arbola.

Qu’est-ce que le "Gernikako Arbola"?

Iparragirre écrivit la chanson " Gernikako Arbola" et la dédia aux Fueros basques, ce qui lui valut son expulsion du territoire d’Euskal Herria en 1855. Il vécu pendant très longtemps en Amérique Latine (Argentine, Uruguay) avant son retour en 1878.

Sur le site d’Euskomedia vous trouverez la partition de cette oeuvre.

Quel est le lien du Gernika de Picasso avec les Basques?

Il s’agit d’une toile que le Gouvernement de la République commanda à Picasso et qui fait référence aux horreurs de la guerre. En pleine Guerre Civile, la ville de Gernika fut complètement détruite, le 26 avril 1937, par l’aviation allemande de la Légion Condor, envoyée par Hitler en signe de collaboration avec l’armée de Franco. Pendant environ quatre heures, les avions allemands bombardent la ville sans répit, jusqu’à l’anéantir. Un acte expérimental qui marque le début des horreurs qui seront ensuite vécues au cours des guerres postérieures.

La Deuxième Guerre Mondiale une fois terminée, la toile devient un symbole de liberté et Picasso un héros artistique, aussi bien pour le bloc communiste que pour le bloc occidental. Dans son testament, Picasso réclame le retour du Gernika en Espagne, après sa mort. La toile est actuellement exposée au Musée Reina Sofía de Madrid.

Qu’est-ce que le lauburu? Qu’est-ce qu’il représente?

Le lauburu (lau buru = quatre têtes), ou croix basque, est une variante de l’un des signes les plus anciens de l’humanité, utilisé par différentes cultures, telles que notamment la basque. On le retrouve sur de nombreuses stèles funéraires et il est aujourd’hui fréquemment utilisé comme symbole identificateur basque.

Plusieurs valeurs symboliques différentes lui sont attribuées : la représentation des « quatre éléments de la création : l’eau, la terre, l’air et le feu », des « deux sexes », des « énergies qui forment l’univers » ou de « la lutte de la lumière contre les ténèbres ».

Que signifie le terme “euskaldun”?

Il s’agit du terme en euskara (langue basque) qui désigne la personne « qui possède l’euskara », ou “bascophone”.

Qu’est-ce que l’“Aberri Eguna”?

L’ Aberri Eguna est la Journée que les Nationalistes basques ont établie comme journée de revendication en faveur d’une patrie propre. La première fut convoquée à Bilbao le 27 mars 1932. La célébration annuelle de l’Aberri Eguna fut interdite par l’État espagnol durant la Guerre Civile (1936-1939) et sous le franquisme. Mais le Gouvernement Basque en exil continua à la célébrer.

En 1963, dans la clandestinité forcée par le franquisme, cette initiative fut récupérée, fortement impulsée par la gauche indépendantiste. Aujourd’hui, il continue à être célébré le Dimanche de Pâques.

Qu’ est ce que l’“ikurriña”? Que représente-t-elle?

L’ ikurriña (drapeau basque) fut créé en 1894 par Sabino Arana.

Créé au départ uniquement pour Bizkaia, mais rapidement accepté, par le biais du PNV (Parti Nationaliste Basque, fondé par Sabino Arana lui-même), par tous les partis démocratiques au cours de la Deuxième République Espagnole (1931-1939). En 1936 est créé le premier Gouvernement Autonome Basque (dont le Lehendakari était José Antonio Aguirre), avec représentation de tous les partis démocratiques; l’ikurriña y est déclaré, par loi, drapeau du Pays Basque.

Après la dernière dictature espagnole et l’approbation de l’autonomie basque, l’ikurriña est déclaré à nouveau, par loi, drapeau officiel basque.

Au Pays Basque continental, il est adopté par toute la société civile et politique et, après la Deuxième Guerre Mondiale, on le trouve dans les Mairies, aux côtés du drapeau français, quoique sans caractère officiel.

Que représente le Drapeau de Navarre?

Le blason, le drapeau et l’hymne de Navarre constituent les symboles officiels de la Communauté Forale. Les deux premiers sont définis dans la LORAFNA, la Loi Forale 7/1986, du 28 mai, adoptée par le Parlement de Navarre, qui établit l’hymne officiel et réglemente l’utilisation de tous les symboles de Navarre. “Le blason de Navarre est formé par des chaînes d’or sur fond rouge, avec une émeraude au centre de l’union de leurs huit bras, surmontées de la couronne royale, symbole de l’Ancien Royaume de Navarre”.

Le drapeau vient des armoiries que le Roi navarrais Sancho VII le Fort adopta en 1212, après la victoire des Rois Chrétiens de Navarre, Castille et Léon, sur les troupes musulmanes à Navas de Tolosa (actuelle province de Jaén), qui marque le début de la Reconquête de la péninsule.

Les chaînes représentent celles qui entouraient la tente du Roi maure Miramamolin le Vert et que Sancho le Fort brisa de sa propre épée. Et l’émeraude centrale représente celle que le Roi maure vaincu portait sur son turban.

Le “béret” ou “txapela” est un symbole typique des Basques. Pourquoi?

Il n’est pas typiquement basque, car il est également utilisé par d’autres cultures ; mais il est vrai que dans beaucoup d’endroits du monde les Basques se distinguent par le port du béret. Actuellement, la txapela ou béret n’est plus utilisé habituellement en Euskal Herria, mais il est encore très utilisé dans la diaspora, comme symbole d’identité basque. En Argentine, son usage est très étendu dans les zones rurales et dans les domaines liés à la pêche et à l’agriculture et il n’est donc pas uniquement limité à la collectivité basque. Mais on y conserve toutefois la mémoire sociale de son origine, à tel point qu’il est dénommé « béret basque ».

Sur le site Euskonews, vous trouverez l’article "La boina y los Vascos" d’Olga Macías.

Que signifie le terme ikastola?

Les ikastolas sont des établissements scolaires offrant une éducation intégrale en euskara.

Que signifie le terme “bertsolari”?

C’est le nom, en euskara, utilisé pour désigner un poète improvisateur qui chante en public. Cette discipline est dénommée bertsolarisme.

Sur le site du Gouvernement Basque, vous pouvez accéder à un texte d’ introduction au bertsolarisme, qui offre depuis les définitions fondamentales du bertsolarisme et du bertso jusqu’aux écoles où pouvoir apprendre cette discipline.

Et sur www.bertsozale.com vous trouverez également des informations détaillées en la matière.

Que signifie le terme "aurresku"?

L’ aurresku est une danse typique d’Euskal Herria. Elle commence par une espèce de représentation lente, exécutée uniquement par les hommes. Les femmes entrent ensuite, une par une, invitées par les dantzaris, et rejoignent les autres pour compléter la chaîne. La danse s’accélère progressivement et s’achève par une « jota. ».

La pièce la plus célèbre est la partie dansée par une seule personne et accompagnée par la mélodie du txistu et du tambourin. Elle est dansée en signe de respect à l’égard des invités.

Quels sont les sports ruraux basques les plus représentatifs?

Les sports traditionnels basques sont les suivants:

  • Coupeurs de troncs = Aizkolariak
  • Faire tirer une pierre par des boeufs = Idi dema
  • Coureurs et marcheurs = korrikalari eta ibiltariak
  • Tirer d’une corde = sokatira
  • Leveurs de pierres = Harri jasotzaileak
  • Pelote
  • Régates de traînières = estropadak
  • Faucheurs d’herbe = Segalariak

Aujourd’hui, la plupart de ces modalités sportives sont pratiquées à l’occasion des fêtes populaires.

Toutefois, le cyclisme, la pelote et les régates de traînières sont les sports qui comptent le plus de supporters.

Quels sont les instruments typiques basques?

  • Txalaparta (percussion) – Tamboril (tambourin)
  • Txistu (flûte) – Pandero (tambourine)
  • Dultzaina (hautbois) – TrikiTixa (accordéon diatonique)
  • Alboka (clarinette) – Txilibito (flûte)

En Euskal Herria la typologie musicale est aussi variée que partout ailleurs.

L’Institut Supérieur de Musique du Pays Basque et Eresbil - Archives Basques de la Musique - sont des référents d’information en la matière.

Vous pouvez consulter également le N° 10 de la revue Euskonews.

Quelles sont les danses traditionnelles basques?

Les principales danses traditionnelles, qui sont interprétées par des danseurs portant des vêtements typiques, sont les suivantes :

Pour davantage d’information, consulter le site d’Euskal Dantzarien Biltzarra ou dantzan.com.

Quels sont les principaux médias d’Euskal Herria?

Chaînes de Télévision

Communauté Autonome Basque

Communauté Forale de Navarre

Iparralde

Radios

Presse

Hegoalde

Iparralde

Quels sont les principaux partis politiques d’Euskal Herria?

Communauté Autonome Basque

Communauté Forale de Navarre

Iparralde

Quand surgit l’ETA?

C’est en 1959 que naît l’ETA, Euskadi Ta Askatasuna, organisation située à la gauche des mouvements de jeunes autour du PNV (Parti Nationaliste Basque) et dont les actions impulseront un changement considérable dans la manière de comprendre la politique, pas seulement en Euskal Herria, mais dans tout l´État Espagnol. L’ETA se distingue, dès le départ, par l’utilisation de la lutte armée, méthode applaudie par certains et condamnée par d’autres.

Qui fut Saint François Xavier ?

Le Navarrais François Xavier est considéré par l’église catholique comme étant le plus grand des saints de l’histoire, autant que son ami, Saint Ignace de Loyola. Ils ont été canonisés ensemble (déclarés Saints) en 1622. Pour son énorme tâche d’évangélisation, il a été appelé « le géant de l’histoire des missions » et le pape Pie X l’a nommé patron officiel des missions. Il est en outre le patron de la Navarre avec San Fermin et le jour de sa fête est célébré également lors de la Journée de la Navarre.
Il est né le 7 avril 1506, dans le château Javier, au sein d'une famille très renommée. A dix-huit ans il a allé étudier à l'Université de Paris, où il a connu à Saint Ignace Loyola et d'autres compagnons avec lesquels ils seraient les fondateurs de la Compagnie de Jesus (les jésuites). En 1540, Saint Ignace a envoyé François Xavier en Inde dans la première mission de la Compagnie de Jesus et à partir de cette date il a passé plus de dix ans à évangéliser tout l'Est. Il est décédé le 3 décembre 1552 face aux côtes de la Chine, son grand objectif missionnaire. Ses restes sont conservés à Goa, Inde, dans l'Église Bon Jesus. Selon les histoires il est décédé en parlant en euskara, sa langue maternelle. Pour cette raison, le jour du saint, le 3 décembre, a lieu aussi dans beaucoup de parties du monde la Journée de l'Euskara.

Qui fut Saint Ignace de Loyola?

Ignace de Loyola, dont le nom de naissance était Iñigo de Loyola, est considéré par l'Église Catholique un des grands saints de tous les temps. A été l’un des fondateurs de la Compagnie de Jesus (les Jésuites) avec son ami la Saint François Xavier le navarrais et il a été auteur des Exercices Spirituels. En 1622 il a été canonisé (déclaré saint) avec Saint François Xavier. Il est patron du Gipuzkoa et de Bizkaia et sa fête a lieu le 31 juillet.
Iñigo est né en 1491, à Loiola, Azpeitia, Gipuzkoa. Il était militaire et pendant la défense de Pampelune, assiégée par les troupes françaises, il s'est retrouvé blessé à une jambe. Pendant sa convalescence, il a éprouvé sa conversion et a décidé de consacrer sa vie à Dieu. Une fois récupérée, en 1522, il est allé au Monastère de Montserrat, où il a rendu une confession générale, après laquelle il a été retiré à une grotte près de Manresa. Pendant ce séjour Ignace a conçu et a rédigé les points substantiels des Exercices Spirituels. En 1528 il est allé étudier à Paris où il a connu ses amis avec lesquels il fonderait la Compagnie de Jesus, parmi eux Saint François Xavier. Il est décédé à 65 ans à Rome le 31 juillet 1556. La fête de Saint Ignace est une célébration très importante et étendue partout dans le monde basque..

Qui était Sabino Arana?

Sabino de Arana fut le fondateur d’EAJ/PNV (Euzko Alderdi Jeltzalea/Partido Nacionalista Vasco), Parti Nationaliste Basque, fondation qui a lieu à Bilbao en 1895.

Qui était José Antonio Aguirre?

José Antonio Aguirre fut l’un des dirigeants du Parti Nationaliste Basque et il présida le premier Gouvernement Autonome Basque, formé le 7 octobre 1936.

Pour en savoir plus, consulter le résumé biographique élaboré par le Center for Basque Studies of Reno.

Qui était José Miguel Barandiaran?

Anthropologue, ethnologue et chercheur, originaire du Gipuzkoa (Ataun, 1889-1991). Barandiaran fit des études de théologie et de philosophie au Séminaire de Vitoria et à l’Université Ecclésiastique de Burgos, où il obtint sa Licence en Théologie (1915). En 1916, aux côtés de Telesforo Aranzadi et d’Enrike Eguren, il mène plusieurs recherches ethnographiques. Il créa une équipe de recherche, réalisa des excavations archéologiques et publia des articles scientifiques. Il participa au Premier Congrès d’Eusko Ikaskuntza-Sociedad de Estudios Vascos, Société d’Études Basques, dont il fut Président de 1978 à 1991.

Qui était Indalecio Prieto?

Indalecio Prieto fut une personnalité politique du Bizkaia, membre du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol. Né à Oviedo en 1883, mais installé à Bilbao depuis l’âge de six ans. À 18 ans, il est embauché dans la rédaction du quotidien « El Liberal », journal républicain, dont il deviendra propriétaire, fin 1920. Son ascension politique se produit dans sa ville d’adoption, Bilbao, qu’il représente tout d’abord à la Députation du Bizkaia (1911) et, ensuite, au Cortes. Il meurt exilé au Mexique, le 12 février 1962.

Qui était Arturo Campión?

Arturo Campión est un écrivain et homme politique. Né à Pampelune le 7 mai 1854, juste après l’application des Lois des Cortes de Madrid de 1837, 1839 et 1841, supprimant le Royaume de Navarre qui devient province. Un fait qui marqua toute sa vie, jusqu’à sa mort, en 1937.

Qui était Miguel de Unamuno?

Miguel de Unamuno, philosophe et écrivain. Il s’agit de l’un des auteurs basques les plus universels et à la fois poète passionné, penseur tourmenté, grand romancier et dramaturge d’avant-garde. Né à Bilbao le 29 septembre 1864, descendant de commerçants à idéologie libérale. Il meurt le 31 de décembre 1936.

Qui était José Maria Iribarren Rodríguez?

José María Iribarren Rodríguez est un écrivain navarrais, né à Tudela le 31 octobre 1906. Il fait ses études secondaires chez les Jésuites de la ville et entre ensuite à l’Université de Deusto (Bilbao), où il achève sa carrière de Droit. À Madrid, il fait des études de Philosophie et Lettres. De retour à Tudela, il ouvre un cabinet d’avocat. C’est dans cette même ville qu’il fonde, en 1932, l’hebdomadaire "Navarra", où il forgera ses armes d’auteur.

Qui était Pío Baroja?

Pío Baroja est un célèbre romancier du Gipuzkoa, à projection universelle, né à Donostia-San Sebastián le 28 décembre 1872 et décédé à Madrid le 30 octobre 1956.


http://www.euskosare.org/euskal_herria/qf/eks_structuredocument_view